Le Journal PHAR

Archives flash infos

Soutien et aide aux familles de nos collègues médecins de Besançon.

08/12/2006

Le 19 octobre 2006, les docteurs Pierre-Olivier Denué, chef de clinique, et Benjamin Ramus, interne du CHU de Besançon ainsi que deux pilotes ont trouvé la mort lors du crash de l’avion qui les transportait vers Amiens, en vue d’un prélèvement d’organes. Le foie qu'ils allaient chercher était destiné à sauver la vie d'un de leurs patients en attente de greffe.

Aujourd'hui le SNPHAR relaie le message de AUDREY l'amie de Benjamin.
----------------------------------------------------------------------------------------

Lettre de l'amie de Benjamin

Bonjour à tous,

Juste un petit mail pour vous rappeler combien il est important de prendre en main le statut des internes et plus généralement des médecins hospitaliers.



Comme vous le savez sûrement maintenant, notre statut est précaire et l'accident de Benjamin l'illustre bien: pas de mesure de garantie spécifique concernant les trajets en avion pour aller effectuer un prélèvement, problème de reconnaissance comme accident du travail étant donné que les prélèvements sont effectués par des médecins qui ne sont ni de garde ni d'astreinte (le premier qui dit oui par téléphone part...), couverture sociale par l'employeur plus que limitée voire inexistante...



Ce problème nous concerne tous par différents aspects. Le contexte est le même pour ceux qui partent en sortie SAMU. Sans parler des AT tels que AES ou maladie contagieuse contractée à l'hôpital, pour lesquelles la couverture est également précaire notamment en cas d'invalidité ne permettant pas au médecin de continuer d'exercer sa profession.

Les choses ne changeront pas si nous ne faisons rien et le prochain accident de ce genre laissera peut-être à nouveau une famille dans la detresse financière. Muriel, la femme de Pierre-Olivier est mère de 3 enfants et femme au foyer. Combien de femmes de Médecin sont dans la même situation et comptent sur les revenus de leur mari pour subvenir aux besoins de leur famille?

Dans notre cas, la compagnie d'assurance de la société d'aviation refuse de prendre en charge l'indemnisation des familles. Et les assurances de l'hôpital ne couvrent quasiment rien. Une grande bataille juridique dont on se serait bien passé s'engage, comme si la souffrance morale n'était pas suffisante pour qu'on y ajoute des problèmes
administratifs.

Faites passer ce mail à tous les gens concernés, contactez l'ANEMF et d'autres syndicats, faites du bruit pour que le destin tragique de Benjamin serve à quelque chose.

Continuez à le faire vivre dans votre coeur.

Je n'ai pas le courage de prendre moi-même les choses en main alors je me contente de vous passer l'info pour que vous fassiez, je l'espère, ce qui s'impose.

Beaucoup me demandent quoi faire pour m'aider, apaiser ma souffrance, ceci serait une bonne façon de trouver un peu de réconfort.

Ca ne servira pas dans notre cas mais ce sera utile peut-être un jour, pour quelqu'un d'autre.

Et merci pour tous vos témoignages de sympathie, je trouve beaucoup de réconfort à lire vos mails, SMS, lettres.

A bientôt et amitiés à tous,

Audrey."
----------------------------------------------------------------------------------------
http://www.greffedevie.fr/urgences/pierre-olivier_benjamin.php

Ce lien est celui qui vous conduira au site pour soutenir, si vous le désirez les familles de ces deux jeunes médecins.



Retour vers accueil















Réalisé par Cyim
Mentions légales | Contact | Boîte à outils
Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes-Réanimateurs 75 avenue Parmentier - 75011 - PARIS