Le Journal PHAR

Archives flash infos

Régularisation des jours RTT : une tempête dans un verre d’eau ? Ou une manipulation de plus ?

24/11/2011

Le SNPHAR-E, exclu des négociations actuelles par les intersyndicales, avec la complicité du ministère, a appris par la presse que ces négociations sur CET et RTT avaient échoué hier. Il est vrai que au vu de la période, entamer des négociations sur un problème récurrent depuis 5 ans, et évalué à 600 millions d'euros relève soit de la naïveté soit de la manipulation.
Naïveté des intersyndicales qui ont cru qu'elles allaient pouvoir s'offrir un coup de pub 5 jours avant le début des élections professionnelles
Manipulation du ministère, qui pensait pouvoir redonner un coup de ripolin à ces intersyndicales vieillissantes et sclérosées afin de ne garder qu'elles comme interlocuteur facile pour les 5 années à venir.

Nous, SNPHAR-E Avenir Hospitalier sommes droit dans nos bottes :

 

Lire nos deux communiqués de presse ici et ici

Les CET sont à nous, personne ne nous les prendra, ni ne nous les achètera au rabais. Nous poserons immédiatement un préavis si la moindre menace se profile.
Il devient insupportable d'entendre parler des 35 heures, alors que nous sommes plutôt en train d'essayer de faire valoir que nous en faisons 60.


Puisque il n'a pas été possible de se faire entendre sur la pénibilité du travail de nuit, ses conséquences sur notre santé, et nos demandes de prévention, ces jours accumulés deviennent notre arme pour nous protéger : grâce à eux, nous pourrons espérer partir en retraite avant 67 ans, en les capitalisant.
Maintenant, nous sommes prêts à toute discussion, mais nous globaliserons désormais les problèmes : ce sont les médecins à permanence des soins qui ont le plus de jours de CET, désormais la discussion CET se fera de concert avec celle sur la pénibilité.
Ceux qui ont vendu le statut de PH en 2007, participé à des missions telles que celle de clinicien hospitalier ou sur l'exercice médical qui prône le début de la permanence des soins à 22H30, qui continuent à promouvoir des rémunérations au mérite qui ont fait la preuve de leur aberration dans tous les pays qui l'ont mise en place, sont obligés de jouer aux vierges offensées pour masquer leurs collaborations passées.

 

Nous préférons notre place.Nous le disons maintenant, mais chacun sait que nous continuerons le travail après les élections, comme le SNPHAR-E l'a toujours fait au quotidien près de chacun.



Retour vers accueil















Réalisé par Cyim
Mentions légales | Contact | Boîte à outils
Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes-Réanimateurs 75 avenue Parmentier - 75011 - PARIS