Le Journal PHAR

Archives flash infos

Génération Y

22/06/2011

L’hôpital est en crise, les carrières médicales publiques aussi. Il semble que les pouvoirs publics viennent enfin de s’en rendre compte.

 

SOCIOLOGIE GENERATIONNELLE : QUEL IMPACT A L’HOPITAL ?

 

L’hôpital est en crise, les carrières médicales publiques aussi. Il semble que les pouvoirs publics viennent enfin de s’en rendre compte, sans que pour autant l’organisation des réflexions nationales ne se donnent les moyens de leur constat : les quelques happy fews médicaux choisis pour coordonner la réflexion sur l’exercice médical sont plus réputés pour la promotion d’intérêts personnels ou catégoriels que pour leur force de propositions (Sans parler du fiasco total des invitations à ces réunions régionales, dont on espère que c’est plus de l’incompétence que de la malveillance).

 

Le SNPHAR-E poursuit malgré tout sa stratégie de réflexion et de proposition, et a donc organisé vendredi 17 juin une journée brain-storming sur les évolutions générationnelles et leurs conséquences éventuelles sur le travail à l’hôpital public.

 

Nous remercions chaleureusement les jeunes médecins (internes, CCA ou jeunes PH) venus de toute la France pour témoigner de leur ressenti face à leur travail à l’hôpital public, et aux perspectives qui se présentent à eux dans un monde marqué par la concurrence des carrières avec le secteur libéral.

 

Nous remercions également fortement G Vincent et C Arcos de la FHF, et R Lemoign et P Vayne de la DGOS d’avoir su les écouter et leur répondre dans des discussions marquées par une grande franchise.

 

Après la présentation des caractéristiques de la Génération Y au prisme de la sociologie et des DRH (diaporama), et les résultats d’une enquête visant à montrer les différences inter générationnelles (diaporama), et les perspectives de la réforme de l’internat (CNIPI) par l’ISNIH la discussion a permis de faire un certain nombre de constats :

 

 

  • Les jeunes présents sont attachés au service public qui les a formés, et au sein duquel ils ont noué de fortes relations notamment via des mentors.
  • Ils décrivent tous une absence de reconnaissance de l’institution pour laquelle ils ne sont que des pions, regrettant l’absence du B-A BA des relations humaines style accueil en début de semestre ou de carrière, ou des signes de convivialité nécessaires tels que chambres de gardes décentes, bureaux corrects, moyens en informatique.
  • Ils ressentent du mépris au quotidien au vu de leur investissement en temps et en qualité, et leur place dans la chaine de soin.
  • Ils se plaignent de la fonction de médecin actuellement réduite à celle de prestataire de service, producteur d’actes.
  • Ils sont tous effrayés du gigantisme des hôpitaux, notamment des CHU, affirmant pour leur future carrière préférer le « small is better » des CH ou des cliniques.
  • Et font tous référence à la nécessité d’équipes soudées, avec un projet clair, de taille humaine, sans rapport avec les pôles : un retour vers les unités fonctionnelles ?
  • Pas d’exigence de revenus démesurés, mais une limitation du différentiel avec le libéral.
  • Le statut n’est pas un repoussoir, au contraire la période qui précède le passage du concours de PH et la titularisation est jugée trop longue, souvent entre les phases de PHC et CCA jusqu’à 5 ans, période jugée humiliante. Tout ce qui est contractualisation les laisse dubitatifs.

 

Toute la journée est fait le constat que si les jeunes générations ont des particularités générationnelles, leur ressenti, leurs sentiments sont exactement les mêmes que ceux des plus âgés : non reconnaissance allant jusqu’au mépris, humiliations et culpabilisations permanentes, absence de clarté dans les organisations et les objectifs, destruction des équipes.

La grosse différence est le fait qu’ils ont le choix d’aller où ils veulent quand ils le veulent, ce qui leur permet de satisfaire leur éventuel besoin de nomadisme générationnel. A bon entendeur, salut nous ont ils dit !

 

A lire :

 

Le tableau comparatif des différents statuts qui précèdent le passage au concours de PH : CCA, assistant spécialiste, PHC.

 

Le diaporama introductif

 

L'enquête du SNPHAR-E auprès des invités

 



Retour vers accueil















Réalisé par Cyim
Mentions légales | Contact | Boîte à outils
Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes-Réanimateurs 75 avenue Parmentier - 75011 - PARIS