Le Journal PHAR

Archives flash infos

Pénibilité du travail de nuit : Un regroupement historique pour sa reconnaissance

24/06/2010

Dans le contexte de réforme des retraites, les médecins hospitaliers entrent dans le débat, fortement, et de manière unitaire : en effet, un regroupement inédit, dépassant les clivages des intersyndicales, interpelle directement le Président de la République, (lettre ouverte au Président de la République) et tous les élus. Ces syndicats qui représentent toutes les spécialités exposées au travail de nuit sur toute une carrière, n'imaginent pas travailler jusqu'à 67 ans dans les conditions actuelles (pédiatres, urgentistes, anesthésistes réanimateurs, réanimateurs médicaux, obstétriciens, hospitaliers et hospitalo universitaires).

Nous passons au minimum 4 à 5 ans de notre carrière en travail de nuit. Nous ne cotisons sur les gardes que depuis 1996, tout ce qui a été effectué avant a disparu. Nous ne bénéficions du repos de sécurité que depuis 2003, avant c'était la double peine. Notre travail en astreintes ressemble à du travail dissimulé, sans abondement à l'IRCANTEC, sans inclusion dans le temps de travail et sans repos quotidien malgré la réglementation. Ca suffit !


Nous avons des propositions (télécharger le document).
Nous exigeons des négociations immédiates sur la reconnaissance de la pénibilité du travail de nuit. Sans quoi, nous appelons tous les médecins hospitaliers à un mouvement fort à la rentrée. Et nous tiendrons parole : nos retraites ont baissé de 30% et nous attendons toujours les textes visant à une compensation partielle mais insuffisante de cette mesure ainsi que des négociations rapides sur des propositions de réglement conjoint CET et baisse des retraites.


Nous avons été assez patients, peut être trop conciliants.
Si des négociations ne s'engagent pas immédiatement dans le cadre des discussions en cours sur retraites et pénibilité, nous nous préparons à un mouvement très fort à la rentrée (télécharger le communiqué de presse).


En attendant, nous invitons chaque médecin hospitalier à reconstituer son curriculum laboris, c'est à dire le nombre de gardes qu'il a effectuées depuis le début de sa carrière, en identifiant les gardes avant 1996, celles avant 2003, et le total à ce jour. Nous mettons à disposition de chacun un courrier type à adresser à son ou ses directions d'établissement. On parle de pénibilité individuelle : allons-y (télécharger le courrier type) !



Retour vers accueil















Réalisé par Cyim
Mentions légales | Contact | Boîte à outils
Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes-Réanimateurs 75 avenue Parmentier - 75011 - PARIS