Le Journal PHAR

Archives flash infos

Sur tous les fronts

04/07/2008

Le SNPHAR a été reçu hier à l’Elysée, à la suite d’une demande de rendez-vous, pour exprimer les craintes soulevées par la révision de la directive européenne, chez les anesthésistes-réanimateurs. La délégation qui comprenait le Président, la Vice-Présidente, le Secrétaire Général et le Président de la FEMS, a réaffirmé la détermination des PHAR à s’opposer à l’introduction de périodes inactives

dans le temps de garde et ses conséquences. Nous avons réaffirmé que les déclarations de Xavier Bertrand, qui se veulent rassurantes sur la non application en France de mesures qu’il venait de voter pour l’Europe, ne peuvent pas calmer la communauté médicale hospitalière soumise à la permanence des soins. Le seul engagement de la France, avéré, incontestable et vérifiable repose sur son vote lors de la réunion du Conseil des Ministres de l’Union le 9 juin dernier. Les ministres passent, les textes restent. Aucun courrier émanant de qui que ce soit n’a force de loi et ne nous rassurera ; seul un vote négatif du Parlement Européen sur les modifications de la DE approuvée par le Conseil des Ministres de l’Union empêchera des actions fortes voire très fortes au niveau national et européen. Le SNPHAR a donc demandé au chef de l’Etat de montrer, au cours de sa Présidence européenne, du respect pour nos conditions de travail déjà difficiles et qui ne doivent pas redevenir insupportables. Mais il nous a été dit quand même que les anesthésistes-réanimateurs semaient la pagaille dans les hôpitaux publics, et qu’on peut s’estimer heureux de toucher un complément de salaire lié au travail de nuit !

 

Dans le cadre des négociations sur la pénibilité de l’exercice des médecins hospitaliers soumis à la permanence des soins avec les intersyndicales de PH, le SNPHAR, (membre de l’INPH) a participé à la première réunion. Les 6 mois de concertation avec la FPSH et la signature d’un relevé de conclusions avec des pistes intéressantes n’ont semble-t-il servi à rien. Aucune proposition concrète, aucun mandat, pas de proposition de calendrier satisfaisant. Par contre, beaucoup d’inertie destinée à gagner du temps (le temps que la Loi Santé, Patients, Territoire portant réforme des hôpitaux sorte à l’automne???). Les syndicats de la FPSH ont réclamé une accélération du mouvement, et la prochaine réunion se tiendra le 24 juillet. Thèmes : astreintes et forfait valorisant la permanence des soins au-delà d’un certain seuil à fixer.
 



Retour vers accueil















Réalisé par Cyim
Mentions légales | Contact | Boîte à outils
Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes-Réanimateurs 75 avenue Parmentier - 75011 - PARIS