Le Journal PHAR

Archives flash infos

Rencontre avec Roselyne BACHELOT-NARQUIN

18/07/2007

Après report du rendez-vous prévu, la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports accompagnée de Yann Bubien (conseiller technique de Roselyne Bachelot-Narquin) a reçu une délégation de l’INPH comprenant le SNPHAR, le SAMU de France, la représentante des PH à temps partiel et la présidente Rachel Bocher.

Après report du rendez-vous prévu, la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports accompagnée de Yann Bubien (conseiller technique de Roselyne Bachelot-Narquin) a reçu une délégation de l’INPH comprenant le SNPHAR, le SAMU de France, la représentante des PH à temps partiel et la présidente Rachel Bocher. Cette dernière a présenté l’INPH dans le paysage intersyndical et a insisté sur l’attachement de l’hôpital public dans le système de santé français, nécessitant une évolution des ordonnances de 58 liée à une évolution des statuts. Catherine Bertrand a évoqué la permanence des soins et la place des médecins généralistes à l’échelon de la régulation des SAMU, les maisons de santé et les CESU. A ce propos, elle a signalé à la ministre qu’il manquait un texte sur le risque sanitaire. Geneviève Glikmanas a rappelé que le statut des PH à temps partiel n’avait pas évolué parallèlement à celui des temps plein et qu’une harmonisation était nécessaire, notamment en matière de retraite. Enfin, le SNPHAR a demandé à Roselyne Bachelot comme premier geste de sa part, un texte pour la monétisation du CET aux ayants-droit, en cas de décès du PH. Le CET est un dossier pour lequel le SNPHAR relance régulièrement le ministère avec des propositions constructives depuis plus de deux ans (voir les communiqués de presse).
Roselyne Bachelot-Narquin a affirmé que la parution d’un texte sur la transmission du CET, lors du décès du praticien, était une mesure humaine qui aurait déjà dû être prise. Elle s’emploiera rapidement à faire paraître un décret. Elle a, d’autre part, souhaité travailler avec les médecins sur les missions de l’hôpital public et la transformation des ARH en ARS. Elle voudrait que les syndicats hospitaliers réfléchissent à des modes de financement des mesures qu’ils proposent. Le SNPHAR lui adressera ses propositions qui sont prêtes depuis plusieurs mois, comme il l’a fait avec Xavier Bertrand et Philippe Bas.  Il s’agissait ici d’une première prise de contact qui fut de courte durée, mais la ministre souhaite revoir rapidement les syndicats dès qu’elle aura réalisé une étude approfondie des dossiers. La plate forme revendicative du SNPHAR lui a été remise à la fin de l’entretien. Le SNPHAR rencontrera Yann Bubien, le 31 août prochain.



Retour vers accueil















Réalisé par Cyim
Mentions légales | Contact | Boîte à outils
Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes-Réanimateurs 75 avenue Parmentier - 75011 - PARIS