Le Journal PHAR

A la une

L'Omerta !

23/09/2016

 De nombreux collègues nous font remonter les refus des directions hospitalières à autoriser les équipes de télévision désireuses de venir voir la réalité des difficultés exprimées par les praticiens hospitaliers.

 

L'omerta et la censure ne sont pas dignes d'un pays comme le notre qui prétend défendre le droit à la liberté d'expression. Y aurait-il dans les hôpitaux publics des choses que le peuple de France ne pourrait pas connaitre ?

 

Nous demandons à chaque collègue qui se verrait opposer un refus de nous le faire remonter. Nous dénoncerons nominativement les directions qui ne respectent pas ce devoir de transparence du service public hospitalier.

 

La censure ne sera pas suffisante pour faire taire les praticiens hospitaliers de France fortement engagé dans un mouvement social lundi prochain !


Plus que 2 jours

21/09/2016

 Il vous reste encore deux jours pour vous déclarer gréviste auprès de votre administration, chef de pôle, chef de service pour lundi prochain, 26 septembre.

 

Le mouvement est très suivi et s'étend bien au delà de la spécialité d'anesthésie-réanimation. Des radiologues, des gastro-entérologues, des chirurgiens, des pédiatres,... se joignent à nous.

 

Notre demande est simple 24h = 5 demi-journées. C'est une juste revalorisation de la permanence des soins qui est la forme la plus pénible de notre exercice.

 

Le mouvement commence lundi à 8h en journée et se poursuivra toute la semaine sur la permanence des soins (la nuit quoi !).

 

Tous les préavis ont été adressés par recommandé à la Ministre de la Santé et il y a visiblement eu un peu de cafouillage pour faire redescendre l'information. Nous en prenons acte et demandons à tous nos collègues d'exiger de leurs directions un calcul du taux de gréviste basé sur les présences prévues par le tableau de service (obligatoires dans chaque service depuis 2003) et pas sur l'effectif total. Difficile de faire grève quand on est en repos, congés ou formation.

 

En cas de difficulté, voici les copies de tous les préavis déposés pour :

 

Lundi jour

Lundi soir

Mardi soir

Mercredi soir

Jeudi soir

Vendredi soir

Samedi

Dimanche

 

Attention le samedi matin n'est pas couvert par un préavis puisqu'il s'agit d'un jour ouvrable.

 

Faites nous remonter vos remarques, votre taux de gréviste, vos difficultés sur 24hvalent5dj@gmail.com

 


Le SNPHAR-E maintient son appel à la grève pour le 26 septembre

15/09/2016

 Le SNPHAR-E maintient son appel à la grève pour le 26 septembre.

 

Deux intersyndicales, Avenir Hospitalier et la CPH ont spontanément rejoint le mouvement que nous avions initié.

 

Plusieurs syndicats de médecins hospitaliers dont Le SMARNU (anesthésistes), Le SYNGOF (Gynéco-obstétriciens), le SPH (psychiatres), le SNBH (biologistes), le SPHP, SAMU-Urgences de France (Médecine d'urgence) et depuis peu les pédiatres du SNPEH se joignent à nous et appellent à lagrève le 26.

 


Lire ...

Faire grève

13/09/2016

Pour faire grève, il faut s’assurer que l’on est couvert par un préavis émanant d’une organisation syndicale représentative.

 

Le préavis du SNPHAR-E pour le 26 septembre a été adressé au ministère de la santé et couvre tous les médecins, pharmaciens, chirurgiens dentistes, mais malheureusement pas les internes.

 

Se déclarer gréviste auprès de son administration. Soit par un courrier simple, voir un courriel, soit en leur adressant un tableau avec les noms, prénoms et signatures des grévistes.

 

Une fois en grève, vous ne venez pas travailler. Vous ne serez donc pas payé pour ce jour de grève et 1/30e du salaire sera retiré de votre fiche de paye. 1/30e et pas plus, c’est la loi !

 

La direction de votre établissement peut vous assigner au motif de la continuité des soins et du service public hospitalier. Cette notion est juridiquement assez floue et la jurisprudence est assez défavorable aux médecins salariés que nous sommes. En clair, cette continuité est tout sauf un service normal de jour donc vous devez être moins nombreux qu’un jour normal tout en assurant la sécurité des patients.

 

On peut donc être gréviste et assigné.

 

Normalement une assignation doit être remise en main propre ou par lettre recommandée.

 

En cas d’assignation, vous serez bien sur payé au tarif habituel.

 

Normalement, la direction devrait s’assurer que la présence pendant un jour de grève soit faite en priorité par les non-grévistes. Y compris s’ils sont en vacances, RTT ou autres formations. Idem pour la permanence des soins.

 

Lors d’un mouvement comme celui-ci, de nombreuses directions hospitalières font uniquement remonter au ministère le nombre des grévistes qui ne sont pas assignés. Cela fait chuter le taux de gréviste et permet parfois des manipulations peu honnêtes de l’opinion publique. Plus le taux de gréviste est important, plus le message est entendu au ministère !

 

Si vous êtes assigné assurez-vous que votre direction fasse bien remonter le nombre total de grévistes aux services compétents et pas seulement les non-assignés.

 

N’oubliez pas aussi de vous déclarer gréviste à l’adresse 24hvalent5dj@gmail.com cela nous permettra de contester d’éventuelles statistiques défavorables.
 


Le SNPHARE appelle à la grève à partir du 26 septembre prochain

04/09/2016

Ça n ‘a que trop duré !


Depuis des mois, réunions et autres missions n’aboutissent à rien ou presque.


Concrètement, le ministère n’a acté que l’alignement de la protection sociale des PHC sur celle des PH et la possibilité de la prolongation d’activité jusqu’à 70 ans. Si nous pouvons nous féliciter de la première mesure, la seconde n’est pas franchement une avancée sociale majeure.

 

La « revalorisation » de la grille salariale des PH, gelée depuis 2010 (cf publication sur le site SNPHAR-E du 25/8/2016), tient de la mauvaise blague. Un calcul simple démontre clairement que les praticiens hospitaliers ont perdu 30% de pouvoir d’achat en 15 ans.

 

 


Lire ...

Flash infos

Flash-Info

18/09/2016

Chers Collègues,

 

Ce Flash-Info du 17 septembre a pour objectif de vous informer sur les ralliements au préavis de grève des soins par les praticiens hospitaliers le lundi 26 septembre 2016 à l’appel du SNPHAR-E et soutenu par deux Intersyndicales, AVENIR HOSPITALIER et la CONFEDERATION des PRATICIENS des HOPITAUX réunis au sein d’ACTION PRATICIENS HÔPITAL.

 

Aujourd’hui, 11 organisations représentant des secteurs clé de l’hôpital public vous demandent de suivre les termes du préavis de grève et de cesser le travail le 26 septembre en vous déclarant gréviste auprès de votre administration et en nous le signalant, avec vos commentaires, sur l’adresse signalée 24Hvalent5DJ@gmail.com

 

Nos organisations n’ont pas pour habitude de vous solliciter inutilement. Tant par respect des usagers que de vous-mêmes.


Mais à l’heure actuelle, votre mobilisation nous est nécessaire dans la perspective de négociations qui devront s’ouvrir pour sortir l’hôpital public de l’enlisement qui est le sien et dont chacun subit les effets au quotidien. Personne ne doit se résigner à constater jusqu’à 30 et 40 % de postes non pourvus et la soumission actuelle au Marché de l’intérim médical, véritable fléau, conséquence d’une attractivité insuffisante des carrières hospitalières.

 

Ça n’est donc pas une grève d’anesthésistes réanimateurs, mais un mouvement global des spécialités hospitalières.

 

La question du temps de travail doit être reposée, et résolue. Celle des revenus aussi.


Mais, pour que l’air de l’hôpital redevienne respirable, il ne faut pas oublier les aspects organisationnels pour lesquels votre engagement responsable doit être pris en compte avec l'indispensable part d’autonomie qu’il suppose.

 

La création des Groupements Hospitaliers de Territoires vous a été exposée. Ces derniers impacteront nécessairement les organisations et les temps de travail des PH.
Ce terrain de discussion vous concerne et nous nous engageons pour la défense de vos intérêts matériels et moraux, y-compris dans les GHT, comme c’est notre rôle d’organisations syndicales représentatives.

 

N’hésitez pas à faire circuler ces informations.

 

Consultez régulièrement les sites Internet des organisations syndicales qui, en vous appelant à ce mouvement, vous remercient de votre confiance,


Nicole SMOLSKI présidente d’APH
Max-André DOPPIA president d’AH
Jacques TREVIDIC président de la CPH
Yves REBUFAT président du SNPHAR-Elargi

 

Lire le flash-info

 


Pourquoi demandons-nous la 5e demi-journée ?

12/09/2016

Actuellement pour tous les praticiens hospitaliers, quelle que soit leur spécialité, les obligations de service sont de 10 demi-journées par semaine (statut) et le temps de travail hebdomadaire ne devrait pas dépasser 48 heures hebdomadaires (Directive européenne).

 

3 spécialités peuvent, par dérogation, demander à bénéficier du décompte de leur temps de travail en heures : la médecine d’urgence, l’anesthésie-réanimation et la gynécologie-obstétrique. C’est le décompte en temps continu auquel la limite de 48 heures s’applique.
 


Lire la suite...

A lire

04/09/2016

 En marge du rapport 2015 de l'Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS) un article de la revue What's up doc, la revue des jeunes médecin qui interpelle sur la notion de violence à l'hôpital.

 

Et si l'on parlait de la violence entre soignants ?


Nouvelles grilles salariales

25/08/2016

 Les nouvelles grilles salariales pour le premier juillet et à venir pour le 1er février 2017 sont consultables ici.

 

No comments !


Le SNPHARE réclame un droit opposable à la mesure objective du temps de travail

21/06/2016

Le SNPHAR-E a alerté les services du ministère de la santé sur les tensions existantes dans de nombreux établissements de santé concernant la reconnaissance et la valorisation du temps de travail des médecins hospitaliers.

 

Nous demandons que les équipes qui font la demande du temps continu en vertu des dispositions prévues par l’article 2-A de l’arrêté du 30 avril 2003 ne puissent se le voir refuser.

 

Nous demandons aussi des discussions sur le temps de travail des médecins hospitaliers et en particulier sur le delta 39-48h sous l’éclairage de la circulaire DGOS/2014/359 du 22 décembre 2014 et de l’instruction DGOS/RH4/2015/234 du 10 juillet 2015 applicable aux médecins des SAMU et Urgences mais aussi aux « spécialités présentant des sujétions comparables », prévoyant l’introduction d’un temps non clinique de 20% et un dimensionnement des équipes en tenant compte.


La réglementation existe nous demandons simplement au ministère de faire en sorte que les hôpitaux publics français daignent l’appliquer.

 

Lire le communiqué de presse.


Un N° VERT pour l'Anesthésie Réanimation et ses professionnels

30/09/2013

le SNPHAR-E se félicite (*) de la récente initiative du CFAR (Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs) avec la mise en place d'un N° VERT le 1er octobre 2013 au sein d'un ensemble de services et de ressources pour aider les professionnels de l'anesthésie réanimation en difficulté psychologique ainsi que leurs proches.

 

Le CFAR, « Collège de spécialité en Anesthésie-Réanimation », regroupe les Anesthésistes-Réanimateurs de tout mode d’exercice, comble aujourd'hui un retard pour la profession en France.

En effet, dans de nombreux pays (UK, USA, Canada, Espagne, Suisse, Nouvelle-Zélande, etc.), et depuis longtemps, des services ont été mis à la disposition permanente des professionnels de santé : numéros de téléphone dédiés, structures de prise en charge, parcours adaptés pour soutien et réhabilitation en cas de difficultés psychologiques, etc.

 


Lire ...
















Réalisé par Cyim
Mentions légales | Contact | Boîte à outils
Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes-Réanimateurs 75 avenue Parmentier - 75011 - PARIS